Medias

Artistes connectés.

Au cœur du tourbillon d’Avignon, au son des cigales, au milieu des belles pierres, à la sortie des théâtres, en terrasse, fleurissent… les smartphones. Avignon se digitalise, d’autant plus durant son festival. Plus de 10.000 festivaliers se connectent à to see or not to see pour se guider dans le programme pléthorique du #OFF. Et les artistes ? Eux aussi sont connectés.

Salomé Villiers et Anne Bouvier, comédiennes et metteuses en scène

Salomé Villiers et Anne Bouvier, comédiennes et metteuses en scène

Connectées… dès le réveil
– AB : « Accros, on est devenu accros, c’est vrai. Je me connecte très très tôt. »
– SV : « Moi, c’est dès le réveil en fait, j’avoue. »
– AB : « Les sites, les applis, les réseaux, sont devenus nos outils de travail. Au quotidien. Entre nous, artistes, producteurs, techniciens. Et c’est aussi le moyen d’avoir une relation directe avec le public, et j’aime cela.»
– SV : « Une application comme to see or not to see nous donne un retour qui complète celui immédiat de la salle, ou plus distancié des critiques. Moi, les commentaires des gens ne me font pas peur, il faut juste savoir prendre du recul. »
– AB : « Le bouche à oreille existait bien avant le numérique de toute façon. Il pouvait déjà être positif ou négatif. La forme change juste avec les époques».

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *